Accueil / Le blog / Nos analyses et réflexions / Packshot : comment réalisons-nous nos photos ?

Packshot : comment réalisons-nous nos photos ?

La photo de produits, appelée aussi packshot est une technique de photo à part entière…
Depuis plus de 10 ans, nous réalisons nos propres photos pour présenter nos articles sur notre site de vente en ligne.

On peut dire que notre façon de travailler a beaucoup évolué.
Nous avons revu plusieurs fois nos process pour gagner en rapidité mais aussi en qualité !

Notre matériel pour le packshot

Appareil et objectif

Nous utilisons le même matériel depuis plus de 10 ans !
Un investissement que nous ne regrettons pas, largement rentabilisé…

  • Appareil photo CANON EOS 600D
  • Objectif fixe macro EF 100mm (ouverture constante à F2.8)
  • Trépied Manfrotto

L’appareil et l’objectif n’ont été portés en nettoyage qu’une seule fois (ils ne servent qu’à réaliser nos packshots).

Bon à savoir !

Avec un appareil photo dédié au travail, inutile de changer l’objectif ! Cela évite l’introduction de poussière à l’intérieur de l’appareil. Si toutefois vous constatez quelques traces persistantes sur vos photos, il est temps de procéder à un nettoyage minutieux de votre réflex. Nous vous conseillons de confier cette opération à un professionnel !

Eclairage

Pour l’éclairage nous avons longtemps cherché la solution…

La lumière naturelle : l’erreur de débutant

Pour notre première série de photos en 2012, nous avons fait les prises de vue à la lumière naturelle.
On pensait gérer ça comme pour un portrait.
Quelle erreur !
Le travail de traitement a été colossal.
Deux mois après, nous n’avions toujours pas réussi à mettre en ligne tous les produits que nous avions photographiés !

Nous pensions que la lumière naturelle permettrait le plus beau rendu.
C’est sans doute vrai, mais lorsqu’il faut donner une unité d’ensemble, on s’embarque dans une vraie galère !
En effet, même si vous prenez vos photos le même jour, la lumière varie et il est impossible d’obtenir quelque chose d’harmonieux.
Les corrections de luminosité et de couleurs deviennent quasiment impossibles.
Nous avons été contraints de détourer précisément toutes les photos à la main.

La lumière continue : idéale pour un tout petit budget

Pour la deuxième saison de shooting, nous avons alors opté pour la lumière artificielle.
En regardant quelques tutoriels sur Internet, nous avons conçu une boîte à lumière en carton.
En évidant trois cotés que l’on remplace par du papier calque, on laisse entrer la lumière dans la boîte.

Il suffit alors de trois ampoules LED assez puissantes et de couleur neutre pour posséder un dispositif tout à fait convainquant !

Pendant des années, nous avons travaillé avec cette solution très bon marché (une cinquantaine d’euros, la majeure partie du budget concernant les ampoules).
Facile à installer, ce dispositif a cependant quelques inconvénients :

  • Il est efficace pour les petites pointures et les chaussures basses mais vraiment limite pour les bottes, boots et grandes pointures. La lumière dite continue envoie trop peu puissance.
  • On peut facilement compenser en réglant la sensibilité de l’appareil photo (800 à 1600 iso) et en rallongeant la vitesse, mais cela se fait au détriment des détails.

Les flashes de studio : plus facile qu’on ne le pensait !

En 2019, nous avons finalement investi dans deux flashes de studio et quelques accessoires pour obtenir le résultat que nous recherchions.

Nous avons opté pour deux flashes de studio de la marque Godox.
La qualité est au rendez-vous pour un prix assez raisonnable (environ 100 euros pièce)

La technique est complètement différente mais assez facile à prendre en main, contrairement à ce que nous pensions.

Au lieu de régler l’ouverture et la sensibilité de l’appareil, on commence par la vitesse.
En effet, l’appareil photo doit déclencher aussi vite que la durée de l’éclair produit par les flashes.

Une fois la vitesse fixée (1/250), on peut régler les autres paramètres de façon à avoir une profondeur de champ suffisante et une netteté sur tout le produit (f16 ou f22).
On peut aussi réduire largement la sensibilité (100 ou 200 iso) ce qui permet une excellente définition et une qualité d’image sans égal.

Une installation de ce type suppose toutefois beaucoup plus d’espace !
Du coup, nous envahissons le salon quelques heures pour réaliser un packshot.
Mais le travail en aval est beaucoup plus simple !

L’appareil photo est connecté à l’ordinateur.
On déclenche à la souris et on peut contrôler immédiatement le rendu sur un grand écran.
Les retouches ne prennent que quelques minutes, le résultat à la prise de vue est déjà excellent !

Une séance de packshot en live

On continue d’apprendre chaque jour : distance et emplacement des flashes par rapport à l’objet, réglages du matériel, logiciels de traitement, etc.

Pour vous donner une idée, nous avons filmé en accéléré un petit shooting réalisé au printemps 2021…

Sur le même sujet…

Cet article vous a plu ? En voici d’autres !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Article ajouté au panier
0 Produit - 0,00